LE COLLAGENE

LE COLLAGENE

Des fibres élastiques omniprésentes

LE COLLAGENE est une protéine fibreuse qui participe à la structure de tous les organes de notre corps. Le collagène exerce une action protectrice au niveau des os, des muscles, des tendons, de la peau, des phanères, et de tous les tissus conjonctifs de soutien du corps. Il participe à la formation du cartilage.   C’est un des composants majeurs de notre organisme humain, elle représente entre 25 à 35% de la teneur totale en protéines de l’organisme, mais c’est également la protéine la plus abondante du règne animal.

Le collagène appartient à une famille de protéines qui ont pour fonction de conférer aux tissus une résistance mécanique à l’étirement. Il contient 2 acides aminés : proline et l’hydroxyproline. Il existe trois types principaux de collagènes selon l’organe considéré :

  • collagène de type I, le plus abondant, se trouve dans la peau, les tendons, le tissu osseux ;
  • collagène de type II se trouve dans les cartilages ;
  • collagène de type III se trouve dans les muscles et les parois des vaisseaux. Il est notamment indispensable aux processus de cicatrisation car il assure la cohésion, l’élasticité et la régénération de tous ces tissus.

Naturellement la production de collagène décline avec l’âge. La réduction intensive de sa fabrication chez les femmes après la ménopause, entraine l’apparition des signes visibles de vieillissement, principalement au niveau cutané (affaissement de la peau avec la formation de rides, taches brunes)  ainsi que l’affaiblissement du cartilage dans les articulations. Bien sur, l’hygiène de vie qui aura été suivie au fil des années aura des conséquences positives ou négatives sur la production et la fonctionnalité du collagène.

À l’état naturel, le collagène est une protéine résistante, fibreuse et qui, lorsqu’elle est ingérée telle quelle, va résister à l’action des enzymes digestives. La protéine de collagène entière ne sera pas assimilée par l’organisme mais éliminée par le système digestif.

De source alimentaire, la partie gélatineuse non grasse des bouillons ou fonds de viande faits avec des os, des couennes et des cartilages, est une forme de collagène brut naturellement hydrolysé.

Il est donc préférable de consommer du collagène hydrolysé pour une assimilation optimale par l’organisme.

La recherche biologique permet aujourd’hui de proposer des produits de supplémentation naturelle de sources animales, de poissons, voir végétales assimilables par l’organisme pour améliorer le taux de collagène de nos organismes.

Le dosage sera important. Il faudra y associer de la vitamine C, celle ci étant impliquée dans presque toutes les étapes de la production de collagène.

Selon la théorie unifiée de Pauling et Rath, la cause fondamentale des maladies cardiaques est la carence en vitamine C, qui limite la production de collagène.

Les nombreuses autres vertus du collagène :

  • il améliore la cicatrisation difficile et favorise la reconstruction osseuse,
  • il ralenti la formation des rides et limite la formation des vergetures,
  • il renforce les ongles en activant leur pousse mais surtout les rends plus résistants, cheveux et dents.
  • il réduit les douleurs de certains troubles inflammatoires (ostéoarticulaires, tendineux, musculaires, nerveux…) en améliorant l’usage des articulations.
  • il renforce le métabolisme et favorise la prise de masse musculaire.
  • il protège également le système cardiovasculaire.
  • il peut améliorer le sommeil : l’acide aminé le plus abondant dans le collagène est la glycine. Elle représente environ un tiers des acides aminés contenus dans la molécule de collagène. En plus d’agir comme un précurseur à la créatine, la glycine agit comme un neurotransmetteur inhibiteur au niveau du cerveau et du système nerveux.

Votre conseiller en nutrition saura vous guider vers le produit le plus adapté à vos besoins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *